Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ALCAEE demande a Francois Hollande le remplacement de la plaque commémorative des événements du 17 octobre 1961 par une stèle

Monsieur le Président,

En 2011, nous avons interpellé la Mairie de Paris au sujet de la plaque commémorative « des événements tragiques du 17 octobre 1961 » située au pont Saint-Michel. Elle avait été remplacée par une plaque inadaptée à la hauteur de l’hommage rendu, à savoir, la répression sanglante et mortelle d’une manifestation pacifique algérienne.

Hélas, les réponses du cabinet de Monsieur le Maire étaient expéditives à cet égard. Nous ne comprenons pas comment la première plaque commémorative a-t-elle pu être dégradée, alors qu’elle est située à proximité de la préfecture de police de Paris, un endroit ultra sécurisé. En plus, il n’y a eu qu’un sommaire nettoyage de la plaque, suivi d’un simple vernissage (ci-joint, une copie de nos échanges).

Cette plaque est totalement invisible car mal située et illisible.

La communauté algérienne s’est sentie offensée par les réponses apportées par la mairie de Paris. C’est pourquoi nous vous interpellons, Monsieur le Président, afin d’arbitrer ce litige, étant donné que nous soupçonnons fortement que les raisons réelles sont plutôt pour noyer la mémoire des noyades sordides d’algériens jetés en sang dans la Seine, dans le but de dissimuler cette page sombre du passé français à tous ceux qui traversent le pont de Saint-Michel, pour se rendre à Châtelet /Notre Dame/Quartier latin, notamment les millions de touristes fréquentant ces lieux quotidiennement.

En effet, vous êtes le premier Président français à avoir reconnu cette tragédie sanglante depuis le référendum du 1er juillet 1962, qui a attribué à l’Algérie le statut d’État indépendant coopérant avec la France dans le cadre des conditions définies par les accords inconnus d’Evian du 19 mars 1962.

Nous attirons votre attention sur le fait que la plaque actuelle se confond complètement dans le paysage, elle est illisible, installée à un niveau tellement bas qu’elle en devient complètement invisible. Elle ne reflète pas les relations apaisées entre la France et l’Algérie et nous déplorons qu’elle ne soit devenue qu’un urinoir pour les chiens parisiens. En plus, il n’y a pas d’espace spécifique au dépôt de gerbes de fleurs.

Lorsque les volontés sont réelles, les plaques commémoratives dignes de ce nom soient érigées à bon escient, comme par exemple les plaques qui suivent et que nous soumettons à votre aimable appréciation :

Quelques exemples des plaques commémoratives

Quelques exemples des plaques commémoratives

C’est pour toutes ces raisons que nous vous interpellons Monsieur le Président afin de bien vouloir initier l’édification d’une stèle au même endroit.

La République Française, fidèle à sa devise d’égalité, et dont vous êtes le premier magistrat, se doit d’honorer les morts du 17 octobre 1961.

La communauté algérienne établie à l’étranger et principalement à Paris restera attentive à la réponse que vous apporterez à notre présente lettre et saura rappeler à tous ses membres, le moment venu, l’heureuse initiative que vous prendrez en décidant l’édification d’une stèle en hommage à nos morts.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération.

PS. Une copie du courrier envoyée :

  • Aux associations franco-algériennes,
  • A la Mairie de Paris,
  • Aux Médias.
ALCAEE demande a Francois Hollande le remplacement de la plaque commémorative des événements du 17 octobre 1961 par une stèle

Partager cet article

Repost 0